rencontre d'utilisateurs

En février 2016, le responsable du laboratoire, M. Alfred EWEN, a tenu des discours lors des trois rencontres d’utilisateurs de COT-mètres SHIMADZU à Duisburg, Augsburg et Berlin au sujet de la détermination du COT dans des eaux résiduaires à forte charge de matières en suspension (MES).

SHIMADZU

Le laboratoire participe à des EIL français (échantillons tamisés à 2 mm) et allemands (échantillons filtrés à 1 µm). Lors des exploitations des EIL, il s’est avéré que les incertitudes de mesures sont très probablement sous-estimées en Allemagne puisque tous les problèmes du prétraitement d’échantillons contenant des MES sont évités. Dans un échantillon filtré à 1 µm, on ne peut plus parler du COT mais plutôt du COD (filtration à 0,45 µm selon la définition).

Les particules rencontrées dans les eaux résiduaires ont des pertes au feu supérieures à 90 % et sont donc de nature organique. Si ces particules ne sont pas desintégrées lors du prétraitement ou de l’oxydation, on risque de sous-estimer sévèrement le COT, ce que laissent soupçonner les résultats des EIL.

Selon nos connaissances, des EIL pour le COT en présence de matières en suspension d’un taux de carbone organique connu sont préparés en France et en Allemagne et pourraient éventuellement aider à améliorer la qualité de la détermination de ce paramètre important.